Tosya Renaissance

Le monde Tosya, au cours de la troisième Ère, ving-cinq ans après la montée en puissance du Roi de Dinak, Dan Azyrith, le traitre d'Alsaria.
 

Partagez | 

Pour quelques grammes d'istal [PV Key Watson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Llyandra Amnell'Ilandriel






Messages : 8
Date d'inscription : 11/04/2011

Feuille de personnage
Age : 30 ans (20 apparant)
Métier / rang social : Herboriste
Armes ou accessoires:

MessageSujet: Pour quelques grammes d'istal [PV Key Watson]   Mer 4 Mai - 20:16

Dénaros la blanche. Tristan lui avait parlé à plusieurs reprises de sa magnificence. Malgré sa mémoire rétive qui avait toujours refusé de lui dévoiler sa propre identité, Tristan avait conservé certains souvenirs, la plupart ayant trait à des lieux qu'il avait visité, ou du moins qu'il croyait avoir visité par le passé. Dénaros faisait partie de ces lieux. La capitale d'Alsaria lui avait laissé une impression de grandeur, de pureté. Un endroit où il faisait probablement bon vivre. Bien sûr tout cela ne tenait que du ressenti, d'un sentiment vague et d'autant plus incertain que sa mémoire lui jouait des tours. Mais, maintenant que Llyandra contemplait la cité de ses propres yeux, elle était de plus en plus persuadée que, sur ce point, ses souvenirs ne lui avaient pas fait défaut. Son architecture de pierres blanches rendait Dénaros pareille à un diamant immaculé, attirant la lumière pour la renvoyer dans toutes les directions. Visible à des kilomètres à la ronde, la ville était reconnaissable entre mille et justifiait son surnom dès le premier regard.

Llyandra était arrivée en ville tôt le matin en compagnie d'une caravane de marchands itinérants, comme elle. Elle avait profité de leur compagnie durant leur trajet commun vers la capitale, à défaut de leur conversation. En effet, les marchands l'avaient plus tolérée qu'autre chose. Son apparence elfique déroutait parfois les humains, et à plus forte raison ceux dont le statut social n'était pas très élevé. Llyandra s'en était accommodée, la solitude ne lui étant guère étrangère elle avait presque apprécié ne pas avoir à partager leurs échanges de banalités. Elle les avait quittés dès les portes de la ville passées, entraînant son cheval, dont les fontes étaient pleines d'affaires et de ses précieuses plantes, par la bride. Elle avait prit la direction du quartier marchand pour s'y établir. Les rues n'étaient pas encore très fréquentées alors et elle pu trouver sans mal un endroit où agencer son échoppe temporaire sur une belle place pavée. Elle avait monté rapidement la petite tente qu'elle transportait amarrée à la selle de son destrier et y avait installé fioles et herbes séchées. A peine avait elle terminé de s'installer que les rues s'étaient animées. Les clients avaient commencé à affluer. Les ventes avaient été plus que correctes et Llyandra sût dès lors qu'elle resterait un moment en ville. Comme d'ordinaire, les gens avaient tendance à associer les elfes à la nature et faisaient donc confiance à ses remèdes. C'était l'un des seuls cas de figure où son apparence lui était véritablement bénéfique. La jeune femme se surprit même à devoir deviser avec quelques nobles qui s'attardèrent devant son modeste étal. L'un d'eux, un demi-elfe, la fit même sursauter. Elle était penchée à fouiller dans une de ses sacoches à la recherche d'une fiole d'extrait de digitale lorsqu'il s'approcha pour regarder son échoppe. Elle ne l'avait pas entendu arriver et ne le remarqua qu'alors qu'il fut juste devant elle. Elle en fut saisie au point de faire un petit bond en arrière, à l'occasion duquel l'anneau que Tristan lui avait offert glissa hors de son décolleté. Elle l'y remit prestement pour ensuite prendre une pause plus digne pour parler à cet étrange client mais il repartit avant qu'elle n'ait pu ouvrir la bouche. Sans doute n'était ce que la curiosité qui l'avait conduit devant sa boutique.

La fin de la journée arriva plus vite qu'elle ne l'aurait cru. Les rues se vidèrent progressivement et la jeune femme se mit en devoir de ranger son attirail. Il lui fallait trouver une auberge pour la nuit, aussi ne pouvait elle se permettre de traîner jusqu'à ce que les derniers passants soient partis. Soudain, alors qu'elle harnachait ses dernières affaires sur le dos de son cheval, un bras jaillit de derrière elle et se plaqua sur sa bouche. L'attaque fut si rapide que Llyandra n'eut même pas le temps de crier. Instinctivement la jeune femme porta la main à la garde de sa dague mais son agresseur intercepta son mouvement, la saisissant au poignet. Son ravisseur lui tordit le bras pour l'empêcher de se débattre. Une violente douleur parcourut le membre de Llyandra qui crut un instant que son agresseur allait le lui briser. Un gémissement étouffé passa ses lèvres malgré le bâillon de fortune que formait la main de l'inconnu. Devant sa soumission apparente, la pression au niveau de son bras se relâcha un peu et la douleur s'évanouit peu à peu, mais le message avait été clair. Alors qu'elle était poussée en direction d'une petite ruelle, Llyandra chercha de l'aide d'un regard embué par des larmes de panique. Personne ne semblait avoir remarqué la scène, ou tout du moins, personne n'y faisait vraiment attention. Le cœur de la jeune femme s'emballa. Elle pouvait sentir le souffle de son ravisseur sur sa nuque malgré sa chevelure. Vu sa force son agresseur ne pouvait être qu'un homme. Llyandra frissonna alors que la panique et le désespoir s'emparaient peu à peu de son esprit. Ses pensées échappèrent bientôt à son contrôle lui faisant imaginer quel serait son sort une fois que son agresseur l'aurait emmenée à l'écart. Complètement terrorisée, Llyandra avait l'impression que l'air lui manquait. Sa poitrine se soulevait et s'abaissait à intervalles irréguliers alors qu'elle hoquetait en silence submergée par ses phobies qu'elle avait jusqu'alors cru enfouies. Des larmes d'angoisse roulaient sur ses joues comme une plainte silencieuse. Elle allait probablement mourir, mais le pire était d'imaginer ce qui lui arriverait avant cela. La jeune femme était tétanisée à l'idée qu'il allait sûrement la violer, la torturer, ou les deux. Ses restes seraient ils seulement identifiables quand on la retrouverait? Llyandra réprima un haut le cœur. C'est alors que son ravisseur la força à se retourner avant de la plaquer contre un mur. Il fallut quelques secondes à Llyandra avant de l'identifier.


Le noble demi-elfe!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Key Watson
Mercenaire



Mercenaire


Messages : 56
Date d'inscription : 11/07/2010
Age : 25
Localisation : Lyon

Feuille de personnage
Age : 47ans (=22 ans humain)
Métier / rang social : Dominant des mercenaires
Armes ou accessoires:

MessageSujet: Re: Pour quelques grammes d'istal [PV Key Watson]   Sam 7 Mai - 20:08

Key s’était levé tôt ce matin là. La veille, il était arrivé à Dénaros et de nombreuses informations l’avaient assaillit. Ayant déjà envoyé Tristan en éclaireur au château, il ne pouvait qu’attendre que les nouvelles lui parviennent. Mais Key n’était jamais resté inactif, surtout quand les événements pouvaient évoluer d’un moment à l’autre. Il s’était donc levé à l’aube. Et après quelques ablutions matinales, s’était mis en quêtes de rumeurs et de nouveautés dans les rues marchandes de la capitale.
Flânant sur les trottoirs de la cité blanche qui reflétait, pour l’heure, les couleurs rose-orangé du matin, le demi-elfe aperçut au loin le carrosse royal filant sur les rues pavées. Suivant alors le chemin qu’il avait emprunté, il se demanda ce qui avait pu tirer l’un ou l’autre des enfants royaux hors du lit. Le carrosse avait depuis bien longtemps disparu, engloutit dans le labyrinthe blanc que formaient les venelles de la ville. Comme souvent, il voyait les marchands et commerçant se préparer pour la journée à venir. Certains, debout depuis de longues heures déjà, offraient à leurs voisins les senteurs et les bruits de leur labeur.
Sans se presser, Key regardait d’un œil aiguisé tout se petit monde s’affairer. Au détour des ruelles, il émergea sur la grande place où se dressait fièrement la demeure du dieu Ihlar. Le carrosse attendait pieusement en bas des marches que son occupant daigne le rejoindre. Key devina alors que c’était la jeune princesse qui avait fait atteler ses chevaux pour venir déposer ses offrandes à la divinité. Il ne fut guère étonné de la voir sortir sur le parvis et amorcer la descente des marches de sa démarche souple et altière. Malheureusement, sans qu’on l’y eu préparé, son pied ripa et elle chuta avec la grâce d’un rossignol touché en plein vol. De l’autre bout de la place, le noble n’esquissa pas un geste pour l’aider à se relever. Les gardes, déjà sur place, le faisait déjà et Key pensa que le voir se précipiter pour l’aider aurait surement plus embarrassé Eleanor, de plus cela aurait attiré l’attention sur eux, chose qu’il essayait à tout prix d’éviter. Comment raconter des commérages quand on sait que la personne près de soit est un proche de la couronne ? Bien qu’il ait de l’affection pour la princesse c’était à Alsaria et aux Mercenaires que Key avait juré fidélité, la vie d’Eleanor n’étant pas menacé, il pouvait retourner sereinement à sa tache avec discrétion.

Ses pas le menèrent vers une autre place, plus petite et pavée, elle avait été investit par les tentes et autres commerces ambulant. Faisant le tour des échoppes, il acheta quelques babioles, des plumes et du papier pour lui ainsi que du fils et des morceaux d’étoffes pour sa fille. Puis, faisant le tour de la place, il tomba sur une tente d’herboriste. N’ayant pu se réapprovisionner de certaines plantes depuis son voyage, il s’approcha de son pas silencieux devenu si naturel et se pencha sur l’établi en quête d’un sachet d’écorce de saule. En contrebas, il aperçut la commerçante farfouillant dans ses affaires. Plus poussé par la curiosité que par un réel intérêt, il l’observa un moment jusqu'à ce que celle-ci se rende compte de sa présence et esquisse un sursaut durant lequel un objet captiva toute son attention. Pas une seconde il ne quitta l’anneau du regard, au moment où il quitta le rempart protecteur du décolleté, jusqu’à ce que la jeune demi-elfe l’y renvoi, pas un instant il ne cligna des yeux. Key l’aurait reconnu entre mille. La couleur si particulière de l’istal, l’éclat que le métal produisait sous les rayons du soleil, ce ne pouvait être qu’un anneau de Mercenaire. Le noble ne l’aurait pas juré, mais il était presque certain d’avoir reconnu les gravures spécifiques qui ornaient l’anneau de Ciara. Alors qu’elle venait de se relever, Key dévisagea la jeune femme un instant avant de tourner les talons sans un mot, quelque peu bouleversé.

Il ne connaissait pas l’herboriste, son visage ne lui était nullement familier et il n’y avait aucun signe qu’elle puisse être autre chose que ce qu’elle prétendait, c'est-à-dire une simple herboriste. Key ne pouvait se défaire de cette impression, celui d’avoir aperçu l’anneau de Ciara. Comment cette femme pouvait-elle l’avoir en sa possession ? La dernière personne à l’avoir porté était son maitre, disparu depuis des années… Schneizel n’était pas n’importe qui et il tenait bien trop à cet objet pour se l’être laisser prendre. La force de la jeune femme n’aurai pas suffit à la lui arracher, ni à le lui voler, du moins pas en pleine possession de ses moyens. Et elle n’avait pas l’allure et l’aura d’une voleuse, alors comment… ?
Autant de questions qui se bousculaient dans son esprit, rouvrant l’énigme qui entourait la disparition du père de Tristan.

S’il s’était éloigné, Key faisait en sorte de ne pas perdre de vue la tente qu’il venait de quitter. Après s’être acheté un pain aux lardons, il s’assit sur des caisses en bois, presque dans l’angle mort de la tente. Monstre de patience et tout occupé à sa surveillance, il attendit patiemment que le soleil se couche et que la majorité des marchands aient plié bagages pour se mettre en mouvement. Elle-même en plein rangement, il avança sans hésiter vers sa proie et la bâillonna d’un mouvement sec et calculer. Sans perdre de temps, il neutralisa toutes opportunités de fuite chez sa victime. Pas de mouvements suspects et pas un son n’avait été émit, rien qui aurait pu alerter plus avant un passant lambda. Sans la ménager, Key la dirigea vers une venelle attenante. Elle devait avoir peur, il le fallait, elle ne devait avoir plus aucun espoir d’échapper à son sort, ainsi, elle livrerait sans encombre les informations dont il avait besoin. Il sentit des larmes couler sur la main qui la bâillonnait toujours. Elle était terrorisée, mais peut-être y était-il allé trop fort. Il devait rester le maitre du jeu et non se laisser déborder par une marée de pleur.
Lorsqu’ils furent assez éloigné de la place, dans une ruelle vide et plus que tranquille, Key relâcha l’étreinte qu’il exerçait sur son bras, avant de la plaquer brutalement contre le mur de pierre glacé. Non, décidément son visage ne lui disait rien. Sa main la bâillonnant toujours, il plongea son regard de glace dans le sien et alla avec une lenteur calculé chercher l’anneau d’istal dans le décolleté de sa proie. Détournant enfin les yeux, il les braqua sur le bijou si particulier. Il n’avait pas fait d’erreur, l’anneau avait bien appartenu à l’ancienne dominante. La colère l’envahit et il la maitrisa aussitôt. Il ne fallait jamais se laisser dominer par ses émotions. D’un coup sec il tira sur le cordon qui se cassa net. Un Mercenaire était à nouveau maitre du pendentif. Levant l’objet à la hauteur des yeux de sa victime, il plongea à nouveau dans les étranges prunelles de la jeune femme et parla d’une voix emprunte d’autorité, cachant au mieux son ressentit.

« Écoute-moi attentivement. Je veux que tu me dises tout ce que tu sais à propos de cet objet. J’imagine que tu ne sais même pas ce qu’il représente… Si tu me donnes ce que je souhaite, je ne te ferais aucun mal et je te laisserai partir sans encombre. Mais si tu décides de jouer les fortes têtes, tu découvriras que cette cité, bien que magnifique la nuit, à aussi l’avantage de garder ses ruelles désertes et silencieuses quoi qu’il arrive. Et cette soirée ne dérogera pas à la règle. On est d’accord ? »

Key attendit que la jeune femme acquiesce avant de poursuivre.

« Bien! Maintenant dit moi qui tu es et comment tu es entré en possession de cet anneau. »

Laissant glisser sa main de sa bouche, il s’empara immédiatement de la dague qui pendait toujours à sa ceinture, évitant ainsi un danger potentiel.

Décidément toutes les herboristes qu’il rencontrait étaient pleines de surprises…



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llyandra Amnell'Ilandriel






Messages : 8
Date d'inscription : 11/04/2011

Feuille de personnage
Age : 30 ans (20 apparant)
Métier / rang social : Herboriste
Armes ou accessoires:

MessageSujet: Re: Pour quelques grammes d'istal [PV Key Watson]   Mar 10 Mai - 21:37

Le cœur de Llyandra manqua de s'arrêter quand la main du noble s'aventura dans son décolleté. Elle croyait déjà ses pires craintes sur le point de se réaliser quand le demi-elfe sortit avec une lenteur délibérée son anneau de sa cachette. Ses yeux d'un bleu glacial quittèrent alors ceux d'améthyste de la jeune femme pour se poser sur le bijou de métal sombre. Quel était donc cet étrange manège? L'anneau n'avait aucune valeur autre que sentimentale, de plus pourquoi un noble aurait il voulu la détrousser? Ca n'avait aucun sens. Soudain le demi-elfe tira d'un coup sec sur le cordon qui reliait l'anneau au cou de Llyandra, le brisant net. La jeune femme laissa échapper un gémissement et tendit instinctivement un bras pour essayer de reprendre la bague avant de se pétrifier à nouveau. Elle était à la merci de cet homme, tenter de résister n'était très certainement pas une idée lumineuse si elle tenait à la vie. Elle rabaissa donc précipitamment son bras dans une bouffée de désespoir, priant silencieusement pour qu'il ne la châtie pas pour ce réflexe malheureux. Le regard de glace de son ravisseur se fondit à nouveau dans le sien. Llyandra ne parvint pas même à détourner les yeux. Elle était comme envoutée par ces deux orbes bleus pâles qui la fixaient sans bienveillance. Etait ce simplement parce qu'il détenait sa vie entre ses mains, peut être, mais Llyandra n'avait pas vraiment la tête à se poser ce genre de question.
Le noble se mit alors à lui parler. Son ton était calme, mais autoritaire, serein, mais menaçant. Il lui promettait de ne pas lui faire de mal si elle obéissait à ses directives tout en la mettant en garde de ce qui l'attendait si elle ne le faisait pas. Plus mal à l'aise que jamais, Llyandra parvint néanmoins à hocher doucement la tête lorsqu'il lui demanda si il s'était bien fait comprendre. La main qui la bâillonnait s'éloigna enfin de sa bouche tandis que, de l'autre, le noble lui confisquait sa dague. Une précaution plutôt inutile, car Llyandra n'aurait jamais osé essayer de s'en servir contre lui, mais qui laissait clairement entendre qu'il ne laissait rien au hasard. Deux autres questions accompagnèrent ce geste, nullement rhétoriques cette fois. La jeune femme se crut un instant incapable de répondre, comme si la peur qu'il lui avait inspirée avait suffit à lui faire irrémédiablement perdre sa voix.


- Je… C'est un… On me l'a donné.

Llyandra ne pouvait empêcher sa voix de trembler et avait d'autant plus de mal à formuler une phrase cohérente. Ce n'est qu'après avoir répondu qu'elle s'aperçut qu'elle avait oublié la moitié de la réponse en route.

- Llyandra… C'est mon nom.

La demi-elfe retrouvait peu à peu son calme maintenant que la menace lui semblait plus diffuse. Le noble avait promis de l'épargner si elle répondait à ses questions. Bien sûr, elle n'avait aucune assurance qu'il ne lui ait pas menti, mais elle s'accrochait à cet espoir de pouvoir sortir entière de ce mauvais pas.

- Rendez le moi. Pitié, monseigneur. Cet anneau représente énormément pour moi, rendez le moi, je vous en prie.

Se risqua t elle finalement à lui demander. Elle se sentait prête à le supplier à genoux pour ne pas perdre le présent de Tristan. Elle avait confiance que son petit manège pouvait lui coûter très cher si elle en venait à énerver son ravisseur, mais, malgré la crainte qui lui tenaillait les entrailles, elle ne pouvait pas juste y renoncer ainsi.

- Je…je ferai ce que vous voulez…

Ajouta t elle finalement avant de se maudire d'avoir pu prononcer de telles paroles. Si le noble les prenait au premier degré… Llyandra réprima difficilement l'envie de se mordre la lèvre inférieure d'angoisse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Key Watson
Mercenaire



Mercenaire


Messages : 56
Date d'inscription : 11/07/2010
Age : 25
Localisation : Lyon

Feuille de personnage
Age : 47ans (=22 ans humain)
Métier / rang social : Dominant des mercenaires
Armes ou accessoires:

MessageSujet: Re: Pour quelques grammes d'istal [PV Key Watson]   Ven 13 Mai - 21:04

La réponse tardait à venir. Le temps semble toujours s’accélérer lorsque la nuit tombe. Les ombres grandissaient à une vitesse folle et remodelaient les traits de l’herboriste sous le regard clair de Key. Bien qu’impatient, il ne se serait pas laissé aller à la brutaliser plus que nécessaire. De plus, elle n’avait pas l’air dangereuse, ou alors, c’était une excellente actrice. Mais de nos jours on n’était jamais trop prudent et il ne baisserait pas sa garde sur une simple impression.
Enfin elle ouvrit la bouche et un faible bégaiement le renseigna sur ce qu’il avait demandé. Comme il l’avait soupçonné, la bague d’istal avait été trouvée ou donnée et cette dernière hypothèse était la bonne. Cela rendait les choses d’autant plus inquiétantes. Pourquoi Schneizel aurait-il confié un bien aussi précieux à cette femme, à supposer que c’était bien lui qui le lui avait remis. Le noble allait demander plus amples explications à la dénommée Llyandra quand celle-ci le prit de court. Dans un sursaut désespéré de courage, elle le supplia de le lui rendre allant même jusqu'à le faire maitre de sa vie.
Sous la requête, Key recula d’un pas.


*De la pure inconscience…*

L’anneau gisant au creux de sa main, il se permit un long soupir.


Spoiler:
 

*Schneizel qu’as-tu fais ? Où es-tu passé ?*

C’était une simple herboriste, une simple femme embarquée dans des histoires qui n’étaient pas sienne. Mais les informations qu’elle détenait étaient capitales et pourrait peut-être l’aider à retrouver la trace de son mentor.

« Ainsi nous sommes dans le même bateau. Cet anneau appartenait à deux personnes qui m’étaient chères, il compte aussi beaucoup à mes yeux. Tu feras tout ce que je veux ? Très bien, alors dit moi qui te l’a donné, comment, pourquoi, je veux tout savoir. Alors seulement je réfléchirais à te le rendre en même temps que ta liberté. »

Les bras tendues, mains plaqué contre la pierre froide de chaque coté de sa tête. Le mercenaire c’était brusquement ré-avancé vers l’être à l’apparence elfique. Pression psychologique de plus pour palier à l’égarement dont il avait fait preuve.

« J’ai toute la nuit devant moi et maintenant que tu feras tout ce que je souhaite, de ton plein grès, je compte bien utiliser cette option au maximum de ses capacités. »




Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llyandra Amnell'Ilandriel






Messages : 8
Date d'inscription : 11/04/2011

Feuille de personnage
Age : 30 ans (20 apparant)
Métier / rang social : Herboriste
Armes ou accessoires:

MessageSujet: Re: Pour quelques grammes d'istal [PV Key Watson]   Sam 14 Mai - 9:59

La réponse du noble fit imperceptiblement sursauter Llyandra. L'anneau avait appartenu à quelqu'un qui lui était cher? Était-il possible que cet homme ait connu Tristan? Avait elle sans le savoir prit contact avec le passé disparu de son père d'adoption? Llyandra se tempéra, elle était dans une situation plus qu'incertaine, il n'était pas le moment de se bercer d'espoirs qui pourraient s'avérer vains. Comme pour souligner ce fait, le noble se rapprocha à nouveau d'elle, la coinçant littéralement contre le mur. Cette soudaine proximité raviva l'angoisse qui, loin de s'être évanouie, se tapissait toujours aux confins de l'esprit de la jeune femme, l'aiguillonnant de temps à autres, ne la laissant pas reprendre son souffle, nourrissant le sentiment d'oppression que lui inspirait son ravisseur.
Il voulait des réponses. Il ne la laisserait partir qu'à ce prix, et elle avait juré de faire n'importe quoi pour récupérer l'anneau, aussi ne pouvait elle faire autrement que de lui donner ce qu'il voulait. Ne lui faisant aucunement confiance, elle n'était pas certaine de vouloir lui révéler la vérité, mais quelque chose lui disait qu'il aurait perçu instantanément qu'elle lui mentait si elle avait essayé. Loin d'avoir le courage de vérifier si sa théorie était ou non fondée, Llyandra dut se résoudre à parler, priant au fond d'elle-même de ne pas être en train de trahir la confiance que Tristan lui avait accordée.


- Cet anneau me vient de mon père, Tristan. Il le portait à la même chaîne qu'un autre forgé dans le même matériau mais moins travaillé. Il me l'a donné et a conservé l'autre. Si je le porte c'est pour l'aider à retrouver son passé. Il…a perdu la mémoire voilà quinze ans de cela. A cause de moi il n'a pas pu partir plus tôt à la recherche de ses souvenirs, alors je lui paye ma dette en essayant de l'aider à les retrouver.

Llyandra avait soufflé cela d'une petite voix, presque honteuse d'en faire part à quelqu'un qu'elle jugeait loin d'être digne de confiance. La jeune femme détourna un instant les yeux pour ne plus avoir à subir le regard inquisiteur de son ravisseur. Elle retint à grand peine quelques larmes qui s'amoncelaient aux coins de ses paupières. Ce n'était plus la peur qui menaçait de la faire fondre en larmes, mais le sentiment d'impuissance que la situation lui imposait. En révélant ainsi son secret, elle avait l'impression de nuire au seul proche qui lui restait. Et si le noble avait menti? Et s'il avait fait partie de ceux qui avaient tenté de tuer Tristan quinze ans auparavant? Allait-elle ainsi livrer la piste de son père adoptif à un possible assassin?

- Pouvez-vous comprendre ce qu'il représente pour moi? Je n'ai pas le pouvoir de vous le reprendre, alors je vous le redemande encore une fois: Rendez le moi, par pitié.

Elle avait de nouveau rivé son regard dans la glace de celui du noble. Piégée, complètement acculée, sans défense, ni possibilité d'être secourue c'est tout ce dont elle était capable. Un ultime sursaut de défiance qui n'avait pour enjeu rien de moins que sa dignité. Elle n'aurait jamais plus pu regarder Tristan en face sans avoir fait de son mieux pour récupérer son bien. Une fois encore, tout reposait dans les mains du noble. Elle n'avait jamais eu une once de contrôle sur la situation, mais elle ne pouvait s'empêcher de se débattre, aussi futile et stupide cela pu paraître. Elle n'ignorait pas que ce genre d'insolence la mettait en danger, mais elle n'était de toute façon toujours pas persuadée de pouvoir passer la nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Key Watson
Mercenaire



Mercenaire


Messages : 56
Date d'inscription : 11/07/2010
Age : 25
Localisation : Lyon

Feuille de personnage
Age : 47ans (=22 ans humain)
Métier / rang social : Dominant des mercenaires
Armes ou accessoires:

MessageSujet: Re: Pour quelques grammes d'istal [PV Key Watson]   Mar 17 Mai - 20:11

Réfléchissant à ce qu’elle venait de dire, Key ne prêta aucune attention à sa dernière réplique. Son discourt clochait. Pourtant le noble se rappelait distinctement de la chaine et des doubles anneaux pendu au cou de son mentor, quand à ce nom qu’elle avait prononcé….
Il avait l’esprit obnubilé par ce puzzle qui ne cessait de grandir, ces nouvelles pièces comblant petit à petit l’espace vide mais qui pourtant n’avait aucune logique. La vérité semblait pourtant si proche, il en tenait une partie dans le creux de sa main, pour le reste il suffisait de faire parler l’impertinente qui tentait encore de lui cacher des choses.
Dans un mouvement brusque, sa main agrippa la gorge de l’herboriste. Le regard plus dur et plus froid que les glaces du grand Nord, il parla d’une voix vibrante d’intensité.


« Je t’ai dis de TOUT me dire, crois-tu que je vais me contenter de ton historiette, que je n’ai pas remarquer les incohérences ? Tristan est ton père dis-tu ? Même s’il avait perdu la mémoire il y a quinze ans, la bonne fille que tu es, aurait facilement pu l’aider. Tu parais avoir vingt ans mais la longévité des être elfiques est grande, de même que leur mémoire. Alors maintenant dis-moi qui est ce Tristan, comment a-t-il perdu la mémoire et à quoi il ressemble. N’omets rien surtout. »

La lâchant enfin, il l’attrapa par le bras et l’envoya s’assoir sur des caisses et tonneaux entreposé là par les marchands. Adossé contre deux pièces de bois empilés, il avait endossé l’apparence marmoréenne des statues. Pourtant ses yeux brulaient à présent d’intensité.

« Tu n’as pas idée dans quoi tu t’es fourrée. Je te fais peut-être peur, mais de toutes les personnes qui auraient pu remarquer ton collier, je suis surement l’une des seules avec qui tu pourras t’en sortir sans encombre. Alors maintenant explique-moi comment ce Tristan est entré en possession des anneaux de mon mentor ! »

Il n’avait pas laissé échapper cette information par hasard. Il avait perçu la réaction de la jeune femme lorsqu’il avait laissé entendre que l’anneau d’istal appartenait à quelqu’un qu’il connaissait. Un sursaut avait secoué la jeune femme lorsqu’il s’était laissé allé un peu plus tôt à dévoiler son passé. Peut-être ses révélations choisies l’aideraient à lui délier la langue…


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llyandra Amnell'Ilandriel






Messages : 8
Date d'inscription : 11/04/2011

Feuille de personnage
Age : 30 ans (20 apparant)
Métier / rang social : Herboriste
Armes ou accessoires:

MessageSujet: Re: Pour quelques grammes d'istal [PV Key Watson]   Ven 8 Juil - 9:51

Le noble se saisit soudain de la gorge de l'herboriste, lui arrachant un glapissement de surprise et de peur. Llyandra du prendre quelques secondes pour retrouver son souffle et ne pas s'écrouler en crachant ses poumons. L'homme ne lui avait pas broyé la trachée, mais ce n'était pas passé loin. La menace était revenue, oppressante, étouffante au point de lui arracher des larmes sans qu'elle ait à pleurer. Llyandra frissonna de tout son être. Sentir ce contact, cette poigne qui enserrait sa gorge, la révulsait. Elle avait l'impression, pas si éloignée que cela de la réalité, qu'il aura suffit que le noble accentue sa pression pour lui briser le cou. Pour étouffer la flamme de sa vie, il n'avait qu'un geste à faire.

Le noble parla, mais elle ne saisit le sens de ses paroles que quelques instants après qu'il ait terminé sa tirade. Cette main sur son cou avait focalisé son attention au point d'oblitérer ses facultés d'interprétation. Lorsqu'il avait parlé, Llyandra avait reconnu chaque mot, mais avait tout d'abord été incapable de comprendre le sens de ses phrases. Le discours lui avait semblé aussi brumeux et insaisissable qu'un rêve dont le souvenir vous fuit au réveil. Elle avait du se forcer à reconstituer mentalement les paroles du noble afin de le donner un sens.

Elle n'eut pas le temps d'oser une réponse, que son ravisseur lui lâcha la gorge pour la forcer à s'asseoir sans ménagement sur une pile de caisses vides. Se campant devant elle, il insista sur le fait qu'il était probablement l'une des personnes connaissant cet anneau avec qui elle était le plus en sécurité. A cet instant Llyandra l'aurait plus volontiers cru si il lui avait affirmé que la reine Alina Azyrith était revenue à la vie et qu'elle l'invitait à prendre le thé. Néanmoins, cet histoire de mentor l'intriguait. Au fond, elle était au moins aussi perdue, sinon plus, que cet homme qui la tenait sous son joug. Elle n'était même pas sûre de posséder les réponses qu'il attendait et elle redoutait l'instant où il s'en rendrait compte.


"Je n'ai qu'une moitié de sang elfique..." protesta la jeune femme à mi-voix avant de se rendre compte de l'incongruité de la déclaration et de l'effet désastreux qu'elle pourrait avoir sur l'humeur, déjà loin d'être au beau fixe, du noble.

"Je...j'ignore comment ils sont rentré en sa possession, je vous le jure! J'ai toujours eu le sentiment qu'ils lui appartenaient déjà bien avant que je rentre dans sa vie. Je...il m'a adoptée. Quand je l'ai trouvé, il était blessé. Il avait combattu plusieurs hommes à la fois. Quand il s'est réveillé, sa mémoire avait disparue, mais ces anneaux...il a toujours senti qu'ils étaient une part importante de son passé. s'était elle empressée d'ajouter pour ne pas risquer l'ire du noble. Elle espérait que ces informations lui suffiraient, car elle n'avait sans doute rien de plus à ajouter pour satisfaire sa curiosité. Et si il n'était toujours pas rassasié...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Key Watson
Mercenaire



Mercenaire


Messages : 56
Date d'inscription : 11/07/2010
Age : 25
Localisation : Lyon

Feuille de personnage
Age : 47ans (=22 ans humain)
Métier / rang social : Dominant des mercenaires
Armes ou accessoires:

MessageSujet: Re: Pour quelques grammes d'istal [PV Key Watson]   Sam 23 Juil - 13:55

Enfin…
La première piste tangible en presque vingt ans venait d’apparaitre. Tout pouvait s’expliquer maintenant. Un gros coup à la tête aurait facilement pu lui faire perdre la mémoire et ceux qu’il avait combattu, c’était très probablement les derniers fils de Dinak… Ainsi sa vengeance lui avait couté sa jeunesse. Néanmoins rien n’était irréversible et la preuve se trouvait juste là, dans le nom de substitution qu’il avait prit. Celui de son fils.

Lentement, Key ferma les yeux. Sa posture n’avait pas bougé, mais un poids de taille venait de tomber de ses épaules. Un soupir franchit la barrière de ses lèvres et il riva de nouveau son regard sur le petit anneau travaillé. Une bague en istal, symbole des Mercenaires, prouvant leur appartenance à cette communauté vivant dans l’ombre depuis des milliers d’années. Les entrelacs du métal sombre rappelaient étrangement le caractère complexe et flamboyant de l’ancienne dominante. Le bijou était indéniablement fait pour être porté par une femme, pourtant, en le regardant, Key ressentait la présence de son mentor et maitre dont il avait fini par devenir l’égal.


« Schneizel… »

Le nom lui avait échappé telle une réminiscence qu’il fallait prononcer pour voir exister. Refermant les doigts sur l’objet, il soupesa son poids quelques secondes puis tendit le bras en direction de Llyandra. Il lui suffisait d’ouvrir le poing pour laisser tomber l’anneau dans les mains de la jeune femme, mais le moment de lui rendre ce bien précieux n’était pas encore venu.

« Répond encore à l’une de mes questions demi-elfe. C’est toi qui as donné à Tristan ce prénom ? »

Si tout s’avérait juste, retrouver Schneizel serait un jeu d’enfant. Llyandra n’aurait plus qu’à le conduire jusqu’à lui et il pourrait alors se pencher sur le problème épineux de l’oubli.
Pour l’heure il n’informerait personne de cette piste encore trop incertaine. Surtout Tristan, il ne pouvait prédire quelle serait sa réaction ni sa déception s’il venait finalement à échouer dans sa quête.



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llyandra Amnell'Ilandriel






Messages : 8
Date d'inscription : 11/04/2011

Feuille de personnage
Age : 30 ans (20 apparant)
Métier / rang social : Herboriste
Armes ou accessoires:

MessageSujet: Re: Pour quelques grammes d'istal [PV Key Watson]   Jeu 10 Mai - 21:47

Le demi-elfe n'avait pas bougé, mais quelque chose avait changé dans son aura. On aurait dit qu'il venait d'être libéré d'un fardeau pesant depuis trop longtemps sur ses épaules. Le noble ferma les yeux. Un instant Llyandra cru qu'il allait laisser échapper une larme, mais ce ne fut pas le cas. Peut être avait il le cuir trop dur pour pleurer, comme son père d'adoption, ou peut être n'était ce que l'obscurité qui, jouant sur son visage, avait induit la jeune femme en erreur. L'aristocrate contempla une fois de plus l'anneau. Plus le temps passait, plus l'impression de Llyandra se renforçait. Il avait l'air...mélancolique. L'herboriste ne savait plus trop quoi penser de son agresseur désormais.

Les lèvres du noble remuèrent, laissant filtrer un mot dans un soupir. Schneizel... Etait ce un nom? D'un lieu...non, d'une personne? Le mentor dont il avait parlé? Mais alors, si cet anneau lui appartenait... Non, non Llyandra ne pouvait encore en être sûre. Peut être le mentor de cet homme avait il été l'un de ceux qui avaient cherché à tuer Tristan. Peut être s'étaient ils juste connu. Peut être...peut être se voilait elle juste la face. Était-il possible qu'elle ait finalement mis la main sur une piste sérieuse concernant les souvenirs enfouis de son père?

Le demi-elfe tandis l'anneau dans son poing fermé en direction de la jeune femme. Il semblait avoir décidé de le lui rendre, mais il lui restait une chose à demander à Llyandra. La question ne la surprit pas vraiment. Au fond d'elle même, elle avait enfin compris. Son cœur se serra. Elle ne savait pas si elle devait sauter de joie ou fondre en larmes. Elle avait toujours voulu venir en aide à Tristan...ou Schneizel si tel était son véritable nom, mais elle se rendit compte qu'elle redoutait de le perdre au profit de son passé disparu. Il avait tant fait pour elle. Elle ne pouvait pas se montrer égoïste, mais elle, la fugueuse qui avait toujours fuit le contact des autres, était terrifiée à l'idée de se retrouver seule à nouveau.


"Non... C'est lui qui s'est nommé ainsi. Ce nom...c'était son seul souvenir."

La voix de la jeune femme avait tremblé à nouveau, mais plus par peur de son interlocuteur. Le flot d'émotions qui la traversaient la perturbaient largement plus que cet homme qui l'avait violentée.

"Schneizel est son vrai nom, n'est ce pas? Votre mentor...est mon père?"

Elle plongea son regard dans celui du noble, pleine d'espoir, sans réellement savoir quoi espérer. Attendait elle une réponse positive, ou plutôt qu'il lui rie au nez? Elle même n'en avait pas la moindre idée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Pour quelques grammes d'istal [PV Key Watson]   Aujourd'hui à 5:56

Revenir en haut Aller en bas
 

Pour quelques grammes d'istal [PV Key Watson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tosya Renaissance :: { Royaume d'Alsaria } :: Bois de Moniek :: Dénaros :: La Cité du Commerce-
Sauter vers:  


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit